Seconde Nature présente Filmer la musique #4 !

Mercredi 19 mai 2010 | 19h > 23h

Seconde Nature, 27bis rue du 11 novembre, Aix-en-Provence

Seconde Nature accueille le festival Filmer la musique, dont la quatrième édition se déroulera du 8 au 13 juin au Point Ephémère et au MK2 Quai de Seine, à Paris : une semaine de concerts (Xiu Xiu, Zombie Zombie, Antilles, Ariel Pink, Bot’Ox…) et de projections de documentaires musicaux pour une immersion déjantée et érudite en terres « en-chantées » dont Seconde Nature est le partenaire naturel. Pour la programmation complète, un seul lien : www.filmerlamusique.com

Au programme de cette soirée d’avant-première, deux documentaires musicaux en exclusivité, "The Delian Mode" et "Theremin : an Electronic Odyssey", suivis d’une intervention de Christian Sciara, inventeur et facteur d’instruments marseillais, spécialiste du Theremin.

Une soirée proposée par Benoît Hické.
Merci à Marilyn Lours, Olivier Forest et Eric Daviron.

Infos Pratiques

Tarif : 5€
Tarif réduit sur présentation de votre carte d’adhésion
Adhésion Saison : 3€

Horaires : de 19h à 00h.
Restauration possible sur place

Accès : Seconde Nature, 27bis rue du 11 novembre, Aix en Provence (rue perpendiculaire au cours Sextius).


Agrandir le plan

« The Delian Mode »

Un documentaire de Kara Blake (25’, 2008, Québec)

Ce film retrace la vie mouvementée de Delia Derbyshire. Pionnière de la musique électronique, elle créa notamment le thème désormais célèbre de la série « Doctor Who » dans le cadre des ateliers radiophoniques de la BBC. Plongeant dans l’univers créatif de Derbyshire, « The Delian Mode » transpose l’univers sonore unique de l’artiste, tout en rendant hommage à une femme dont l’influence est toujours aussi déterminante depuis quarante ans.

« Theremin : an Electronic Odyssey »

Un documentaire de Steven M. Martin (82’, 1993, Etats-Unis)

Le Theremin est l’un des plus anciens instruments de musique électronique, inventé en 1918 par le Russe Lev Sergeïevitch Termen (connu sous le nom de Léon Theremine). Pendant longtemps, seuls les fans de la première série « Star Trek » connaissaient les sons produits par ce boîtier électronique équipé de deux antennes, mais il fut pourtant utilisé pendant des décennies dans les films et les orchestres, et il joua même un rôle-clé dans le hit « Good Vibrations » des Beach Boys. Thermin fut surnommé l’« Edison soviétique » et fut récompensé par Lénine avant d’aller travailler aux Etats-Unis, où il développa le premier système de sécurité au monde pour la prison de Sing-Sing dans l’Etat de New York. En 1938, Staline le fit kidnapper et ramener en URSS pour l’envoyer au goulag. Mais à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, Theremin fut remis en liberté par le KGB, pour qui il inventa le premier système d’écoute clandestine (cela lui valut le Prix Staline). Un documentaire en forme d’enquête, qui recueille le témoignage de musiciens ayant côtoyé Léon Theremine et celui de la virtuose Clara Rockmore.