• GAMERZ 05 ©M2F Créations

Festival GAMERZ 05

26 novembre > 4 décembre 2009

Seconde Nature, 27bis rue du 11 novembre, Aix-en-Provence

Consacré au jeu et au détournement dans la création contemporaine, le festival GAMERZ ouvre cette année dans cinq lieux à Aix-en-Provence, un gigantesque terrain de jeux multimédia, accueillant les installations d’une trentaine d’artistes, qui pendant une semaine décrypteront les codes et la culture des jeux vidéo, immergeant le public dans un univers ludique et interactif.
www.festival-gamerz.com

Infos pratiques :

Entrée libre
Ouverture de l’expo : tous les jours du 26 novembre au 4 décembre de 13h à 19, jusqu’à minuit le vendredi, jusqu’à 20h le samedi.

Seconde Nature
27bis rue du 11 novembre (rue perpendiculaire au cours Sextius)
13100 Aix-en-Provence
voir plan d’accès

Colin Ponthot | Monster Happy Tapes

Sculpture | Bruxelles | Belgique

Dans une pièce se trouve un tas conséquent de bandes magnétiques audio. Ce tas organique est suspendu au plafond. Deux câbles jaunes émergent de cette masse. Au bout de chacun d’eux une tête de lecture permet d’extraire des particules sonores. Muni de l’un de ces objets, vous pouvez commencer l’exploration... Un son aquatique et étrange émerge de cette forme monstrueuse qui semble prendre vie. Plus vous « jouez », plus le son se complexifie.

Cette sculpture interactive est une renaissance, sous une forme inattendue, de la cassette audio. Datant de la fin des années 70, ce procédé d’enregistrement est aujourd’hui dépassé. C’est, en quelque sorte, un hommage à cette révolution culturelle qu’a été ce support audio en son temps. Aujourd’hui, la révolution culturelle d’hier devient une masse imposante et monstrueuse. Elle revit à l’aide des outils actuels comme la programmation et la spatialisation sonore assistée par ordinateur. Découlant des principes dogmatiques de la musique concrète, le choix de la composition sonore de cette installation s’inspire également de la scène électronique contemporaine utilisant des techniques de « Live Sampling ». Cette installation met également l’accent sur le coté sculptural et monumental du dispositif sonore et de sa matérialité.

www.impala-utopia.org

Antoine Milian | Installation

Installation | Paris | France

L’installation, présentée par Antoine Milian, rend hommage aux premières consoles de jeux vidéo. Cette pièce fourmillante, baroque, place la NES au centre d’un univers plastique.

Objet de quête, trésor ultime elle devient l’élément principal, sacré. Autour de cet épicentre s’organise un parcours labyrinthique, qui mène à l’idole, composé d’enchevêtrements de plateaux issus d’un monde commun transfiguré par l’esthétique du jeux vidéo, un univers familier et fantasmé mêlé de tissages de rallonges et fils électriques, de fragments de rembourrage de canapé, de restes de goûters, de composants électroniques, de chocolat chaud renversé, le tout transpercé par des câbles électriques dont les sillons organisent les voies du dédale menant au centre.

Habitant ce substrat physique, les traces mémorielles de l’univers virtuel parcourent de façon processionnaire l’installation vestige, sous la forme d’animation (vidéo-projetée). L’animation vidéo répond à l’installation physique, par une succession de scénarii animés, de micro histoires, qui font écho aux éléments, donnent vie au dispositif, irriguent les voies et canaux de ce vaste monde : on y retrouve une meute de bestioles pixelisées, de crabes spatiaux, de fantômes et autres petits monstres, qui circulent frénétiquement sur la map circonstancielle, pèlerins désincarnés gardant l’objet sacré au coeur de leur cité.

http://antoine.milian.free.fr

Rick Castro et Rodrigo Garcia Dutra | Super Rick

vidéo | São Paulo | Brésil

Le performeur Rick Castro vole dans la vidéo flashy et animée de l’artiste Rodrigo Dutra. Super Rick est un être cosmique, un super héros qui vient du monde violet pour sauver l’univers grâce à ses pouvoirs pailletés. Dans ce monde violet, la chanteuse Clara Moreno chante le meilleur de ses hits dans une sorte de karaoké délirant. « Super Rick », vidéo, 6’42”.