Les œuvres présentées...

Les trois premières installations présentées, toutes des créations spécifiques pour cette exposition, font écho à l’importance de l’oralité dans nos sociétés. Pour cela, les deux artistes ont créé une bande sonore issue de leurs rencontres et des échanges qu’ils ont noués avec les habitants de deux territoires, Dunkerque et Marseille.

LES TOURNANTS
TONOGRAPHE
TONOGRAPHIE RÉTROÉCLAIRÉE
Dans la seconde partie de l’exposition, les oeuvres de Cléa Coudsi et Eric Herbin travaillent sur le sens et la mémoire sonore en tant que partie intégrante de notre patrimoine. On y contemple des lettres qui se regroupent frénétiquement, tentant sans fin de voir des correspondances, cherchant du sens désespérément. On croise des fragments de disques vinyles arrangés en un circuit que parcourt une petite voiture équipée d’un saphir grâce auquel une musique improbable peut jaillir, où encore des galettes de charbon qui au contacte d’un stylet dévoilent leur « mémoire fossile ».
TURNLETTERS SPIRIT
OTHER SIDE BREAK
BLACK SOUND
STILLER

Surface et Bruissement | Stims et Scors

Exposition du 22 mai au 20 juillet 2014

Cléa Coudsi & Éric Herbin

*****

INFOS PRATIQUES

ENTRÉE LIBRE
Du mercredi au samedi
De 14h à 18h

Seconde Nature
27 bis rue du 11 novembre
13100 - Aix-en-Provence


Visites groupées - médiations :
Télécharger le dossier pédagogique

Contact :
corentin.touzet@secondenature.org
[04 42 64 61 02]

NICE TO MEET YOU

#39 SURFACE ET BRUISSEMENT
AVEC C.COUDSI ET E.HERBIN

RENCONTRE
› MERCREDI 14 MAI - 19H
AU TRANSISTOR

Stim et Scor

Deux notions empruntées à Lars Lerup, architecte, ingénieur et urbaniste suédois. Stim vient de stimulation, Stim évoque Stimme, la voix et Stimmung ambiance. Quant à Scor, ce mot désigne le produit des impuretés qui se forme à la surface du métal en fusion. Il s’utilise également pour nommer un matériau sans valeur. Avec ces mots Lerup, propose de caractériser le nouveau paysage urbain. L’image de la vie comme bouillonnement de métal en fusion sous une surface sans valeur qui se perce à intervalles.

Le travail de Cléa Coudsi et d’Éric Herbin sillonne et traverse des pratiques, des façons de faire, des gestes, et interrogent notamment ce qui fait message dans les restes de certaines activités humaines. Les artistes donnent à voir des frottements, des vibrations, des crissements ou encore des agitations, désordonnées ou géométriques. En parcourant l’exposition, vous contemplez des lettres qui se regroupent frénétiquement, aucun sens n’émergent de ces rencontres hasardeuses. Ou tous les sens possibles... Vous croisez des fragments de disques vinyles agencés en un circuit que parcourt une petite voiture équipée d’un saphir qui restitue le son des microsillons. Plus loin, vous découvrez des morceaux de charbon qui au contact d’un stylet dévoilent la mémoire sonore inscrite dans la matière fossile. Cléa Coudsi et Éric Herbin profitent également de l’invitation lancée par Seconde Nature pour proposer trois nouvelles installations qui ont toutes comme dénominateur commun d’utiliser, de détourner, de manipuler une bande sonore, fruit de témoignages récoltés auprès d’habitants de deux villes chargées d’histoire : Marseille et Dunkerque.