PRISM en tournée

9th Cloud & Cyril Meroni

PRISM EN TOURNÉE

26 Sept : Vannes (FR) Festival Rêveries Modernes
31 Oct : Barcelona (ES) Mira Festival
06 Nov : Paris (FR) Transient Festival
16 Dec : Paris (FR) 104 - Festival Temps d’Image

Partenaires

Un projet audiovisuel co-produit par Seconde Nature, Crossed lab & Low Tech Utopia. Avec le soutien de la Région PACA (dispositif CAC Musiques Actuelles) & du CNV (résidence Musiques Actuelles)

Ce Live audiovisuel se situe aux confins du cinéma monté en temps réel et live électronique. Les artistes ont cherché les origines de la pulsion créatrice : ce qui inspire, pourquoi, et comment la mettre en scène, en rendant compte de sa liberté, de l’inattendu ? Sur scène un Prism est installé autour de 9th cloud, l’enfermant autant que l’ouvrant sur ses propres inspirations, celui-ci va interagir avec elles pour en modifier l’ordre, la distance, l’apparition. Alors, la musique influence l’image … l’image influence la musique. Guidée, libre, la création évolue en live. Il y a à danser autant qu’à voir, à s’immerger autant qu’à se laisser porter.

Prism fait désormais partie de la plateforme Shape ! Portée par 16 festivals européens, Shape a pour objet de fédérer des artistes audiovisuels et de facilité la circulation de leurs projets au sein de ces évènements.

9th Cloud | Bio

Qu’il soit seul aux commandes ou accompagné de ses fidèles copilotes, 9th cloud vogue depuis plus d’une dizaine d’années avec aisance sur les cieux des musiques électroniques. Musicien autodidacte peu conventionnel - mais authentique ingénieur en audiovisuel - il compile, triture, digère et s’approprie nombre d’influences venues aussi bien du jazz que du hip hop, sans s’éloigner jamais trop de l’electronica.
Après avoir éprouvé sa formule gagnante avec un premier opus plébiscité par la presse en 2004, A Monkey in a Yellow Hat, son travail s’est fait plus intime, et ses Delicate Sounds voient le jour en 2007 non sans affiner un peu plus les traits d’une discographie cohérente et aventureuse.
Touche-a-tout inlassable, il s’est aussi rendu responsable d’incursions plus pop, synthétiques et radicales au travers de projets collaboratifs tels que Bawns en 2006 puis 4ms Latency en 2007. Aujourd’hui relancé en solo, il revient d’une volte habile au hip hop instrumental de ses débuts (avec le précieux Round and shiny times, sorti en 2010), condensant au passage les lubies et particularités qui rendent sa musique si attachante.
Début 2012, pour 43 sunsets, le marseillais 9th cloud embrasse les mentors du hip hop et met les beatmakers en orbite pour une balade bleepée survolant un demain émouvant et robotique. D’arides paysages en subtiles structures sonores, 9th cloud met la lumière en musique pour éclairer la scène électronique d’une onde personnelle. Empruntant autant à la bass music qu’au minimalisme, ce 5 titres hors-cadre a l’élégance indéniable n’est définitivement pas hors-sujet.

Cyril Meroni | Bio

Après une brève carrière de batteur professionnel menée parallèlement à celle de photographe, c’est en 2002 que Cyril Meroni commence à travailler l’image en mouvement, d’abord aux côtés du réalisateur Bruno Ulmer, en tant que monteur truquiste (Arte), puis au sein du collectif d’artistes Anonymal, comme animateur d’ateliers vidéos.
Son expérience est riche de collaborations : il signe en 2008 deux clip vidéo avec les danseurs du Ballet National de Marseille ; en 2009 un film expérimental présenté au Musée de la Mode et au FRAC PACA avec la styliste Fred Sathal ; en 2010 un clip avec le musicien Danton Eeprom.
En 2011, il co-signe la création Submerso (mise scène, vidéo et scénographie) avec la chorégraphe Ana Martins. Par ailleurs, il met ses compétences de régisseur vidéo au service de plusieurs festivals internationaux (actOral, Festival International du Documentaire, Seconde Nature, EXIT,…) et d’artistes (Blanca Li, Hubert Colas)
Comme dans sa dernière réalisation (Aphelie, 2013) dans laquelle on observe une danseuse en lévitation, Cyril Meroni s’attache dans ses projets à ce que l’objet film résulte d’un jeu de dispositifs ; où le scénario repose sur une certaine fragilité avec laquelle il construit : les surprises d’un tournage, la part d’incertitude, l’improvisation, sont autant de conditions que Cyril Meroni exploite à l’envie et qui posent les bases de son processus de création.