Accueil Festival Image de Ville 2010-Verticalopolis

du 12 au 27 novembre 2010

Seconde Nature, Aix-en-Provence

Seconde Nature accueille une étape du festival Image de Ville. Une sélection de plusieurs films du label Lowave sera présentée. Ces films proposent un nouveau regard sur l’esthétique de la ville et sa perception artistique dans le domaine de l’art vidéo et du cinéma expérimental.

Infos pratiques

Entrée libre

Ouverture : du vendredi 12 au samedi 20 inclus, de 14h à 19h et du mercredi 24 au samedi 27 inclus aux mêmes horaires.

Accès : Seconde Nature, 27bis rue du 11 novembre, Aix en Provence (rue perpendiculaire au cours Sextius).


Agrandir le plan

H.K. Mark 1 de HC Gilje

Norvège – 1998 – 5’ – DV

H.K. Mark 1 présente un kaléidoscope visuel de Hong Kong mêlant une variété d’images numériquement retravaillées pour créer une ambiance graphique et colorée. Le paysage urbain, très dense, et la foule se mélangent, créant une tension et une réflexion sur les rapports de l’homme et de son environnement.

Nil de Nose Chan

China – 2001 – 11’00 – DV

Le temps est un cycle autour duquel toute forme de vie y trouve sa propre trajectoire. Pour certain la vie poursuit son labeur, pour d’autres c’est un éternel recommencement. (Nose Chan)

Exchangeable Cities de Kentaro Taki

Japon – 2002 – 8’30 – DV

Ce film fragmente d’immenses espaces urbains en plusieurs plans qu’il recréés grâce à la technique du split screen (écran partagé). Le résultat surprenant nous revèle une vision de la ville jusqu’ici insoupçonnée. La ville devient un spectacle pour faire face à l’inflation des images.

Je n’ai pas du tout l’Intention de Sombrer de Augustin Gimel

France – 2002 – 4’45 – DV

Derrière les buildings, le ciel. Le montage consiste en une succession de plans où des façades d’immeubles envahissent le cadre. Petit à petit, l’espace se dilate, les façades s’effacent et laissent enfin apparaître un bout de ciel bleu.

Deck de Kotaro Tanaka

Japon – 2005 – 6’40 – DV

La ville contient toute sorte de désirs qui font face aux êtres humains puis se cachent soudainement. En d’autres termes, la ville a tout ou rien. Les êtres humains sont induit en erreur par les fantômes.