Partager
close
Artiste
Home / Artistes / FOURNIER Thierry

FOURNIER Thierry

FOURNIER Thierry

Le travail de Thierry Fournier crée des espaces de confrontation. Il s’intéresse notamment aux limites de l’humain, à l’altérité, à la socialité, et à la manière dont ces questions se rejouent profondément dans un contexte contemporain traversé par les technologies.

Né en

France en 1960

Biographie de l'artiste

Thierry Fournier est un artiste, architecte, mais aussi commissaire d’exposition indépendant, il est impliqué dans de nombreux projets interdisciplinaires dans les domaines de l’architecture, l’urbanisme, la musique, le théâtre, la danse ou le cinéma. Autodidacte, il utilise le code et le numérique comme langage principal depuis le début des années deux-mille.

Site Internet

Le travail de Thierry Fournier provoque des situations d’altérité ou de socialité pour en soulever les enjeux, aussi bien individuels ou collectifs que fictifs. Jonglant avec les médias numériques, la vidéo, le son et la performance, l’artiste explore, à travers ses travaux, la manière dont le corps et les sens déterminent la relation que les individus entretiennent avec leur environnement. Il s’intéresse notamment à la manière dont ces questions se rejouent à travers la relation que nous entretenons aujourd’hui avec l’image, les réseaux et les médias. Dans une esthétique minimale, ses œuvres procèdent par déplacements de phénomènes : vivant et non-vivant, humain et machine, fiction et réel, espace intime et collectif… Ces éléments sont souvent des objets trouvés ou des processus existants – issus de l’environnement physique ou numérique – qu’il convoque et agence de nouveau pour provoquer des situations de perception et d’action.



Quelques oeuvres

A+ (2008)

A+

A + est une installation vidéo de Thierry Fournier. Dans un panneau publicitaire, un écran diffuse exactement l’image qui serait vue derrière lui mais constamment en retard de vingt-quatre heures.

A + est une installation vidéo de Thierry Fournier. Dans un panneau publicitaire, un écran diffuse exactement l’image qui serait vue derrière lui mais constamment en retard de vingt-quatre heures. On peut y voir, à la fois les passants curieux qui la veille ont regardé la caméra en détail ou ceux qui n’ont même pas remarqué la présence du dispositif. Tour à tour, les passants sont acteurs et spectateurs de la même scène : tous coexistent sans jamais communiquer. L’œuvre fonctionne avec un programme développé sur Max-Msp, associée à un dispositif comprenant une caméra, un ordinateur et un écran.

L’oeuvre questionne le temps. Le titre de l’œuvre A+ renvoie à l’expression « À demain », mais aussi au fait de manipuler notre perception afin de rabattre dans notre vision un espace temporel. La distorsion de l’image et du temps offre un face-à-face inexistant, une rencontre impossible qui amène à nous poser des questions sur notre regard en premier lieu et à des questions d’ordre général par la suite comme politique ou poétique. La publicité est un travail de communication pour un produit, montre ce qui va advenir. A+, dévoile en revanche du passé. Cette œuvre offre une réflexion sur notre vie au quotidien, où la répétitivité fait que l’on ne prend même plus le temps de nous soucier de notre environnement. Elle permet d’être spectateur de notre quotidien pour mieux le comprendre et nous réapprendre à percevoir le Monde qui nous entoure. Cette œuvre permet de rétablir la communication dans l’espace urbain, en attirant l’attention sur ce que l’on ne voit pas habituellement. Les gens se demandent à première vue ce qu’il y a voir. Puis, le jeu de mise en abîme laisse place à des situations drôles qui embellissent la banalité.

Ici, Thierry Fournier propose un projet qui amène les spectateurs à poser des questions sur leur regard et sur leur présence, en quelque sorte à interrompre le flux pour inviter à des questions d’ordre critique, social, politique… mais aussi poétique.



Connexion
Pas encore inscrit ? Mot de passe oublié ?
fermer Définition
Le mot à définir :
Omnimpelibea adi dolupta tiust, sust quis dolorem. Fictemodit. Ri incipsuntiae volum rernam nati sequam, con re el es eicidiam aperfernam anis sit quiatiunt. Omnimpelibea adi dolupta tiust, sust quis dolorem. Fictemodit. Ri incipsuntiae volum rernam nati sequam, con re el es eicidiam aperfernam anis sit quiatiunt. Omnimpelibea adi dolupta tiust, sust quis dolorem. Fictemodit. Ri incipsuntiae volum rernam nati sequam, con re el es eicidiam aperfernam anis sit quiatiunt. Omnimpelibea adi dolupta tiust, sust quis dolorem. Fictemodit. Ri incipsuntiae volum rernam nati sequam, con re el es eicidiam aperfernam anis sit quiatiunt. Omnimpelibea adi dolupta tiust, sust quis dolorem. Fictemodit. Ri incipsuntiae volum rernam nati sequam, con re el es eicidiam aperfernam anis sit quiatiunt. Omnimpelibea adi dolupta tiust, sust quis dolorem. Fictemodit. Ri incipsuntiae volum rernam nati sequam, con re el es eicidiam aperfernam anis sit quiatiunt.