Egalement à découvrir les deux soirs

Cité du Livre, 8/10 rue des Allumettes, Aix-en-Provence

Nicolas Provost - Rétrospective

de 20h45 à 22h . Salle Armand Lunel

EN PRESENCE DE NICOLAS PROVOST

Nicolas Provost est un artiste belge qui s’essaie depuis une dizaine d’années à tout ce que le cinéma compte de genres, en faisant valdinguer les étiquettes. Après un passage par les Beaux-Arts de Gand, il se passionne pour l’art vidéo et le cinéma en Norvège et au Danemark, où il travaille comme illustrateur et directeur artistique.

Il revient à Bruxelles en 1999 pour réaliser des films au croisement du cinéma expérimental et de la fiction, sans cesser de questionner ses thèmes favoris : l’identité (la question de l’étranger dans “Exoticore” et “Induction”) et le cinéma (comme matière et esthétique), qu’il se plaît à triturer. Sélectionnés dans les festivals les plus prestigieux (Sundance, Rotterdam, Clermont-Ferrand), ses films sont tous très musicaux et singuliers (« Papillon d’amour », geste d’amour pour Kurosawa sur un morceau de Köhn) et emplis d’une poésie parfois politique (“Exoticore”, « The Divers » ou « Plot Point »).

Nicolas Provost prépare actuellement « L’envahisseur », son premier long métrage de fiction, occasion idéale de revenir avec lui sur une décennie d’expérimentations. (Photo : Suspension ©Nicolas Provost / Texte : Benoît Hické).

La sélection : Induction (10‘, 2006) / Exoticore (27’, 2004) / I Hate This Town ! (2’, 2002) / Oh Dear (1’, 2004) / Plot Point (15’, 2007) / Gravity (6’, 2007) / Suspension (4’, 2007) / The Divers (7’, 2006) / Papillon d’amour (4’, 2003) / Bataille (7’, 2003).

Merci à Katerina Tselou (Argos).

www.nicolasprovost.tk

BAKEMONO

de 23h à 23h35 . Square Guindon

K3MK COMPAGNY KARRY KAMAL KARRY

Inclassable, Karry Kamal Karry brouille les frontières entre les genres, en élaborant une rencontre complexe entre la matière, le son et le corps en mouvement. Dans un monde où nous voudrions être partout à la fois, un monde technologique qui échappe à notre contrôle et dans lequel le virtuel occupe de plus en plus d’espace, la place du corps semble trop souvent menacée. Or, le corps demeure au centre de l’oeuvre de cet artiste et chercheur en choréosophie (art et science en recherche transversale), qui nous propose un “déverrouillage sensoriel” à travers cette expérience esthétique et plastique fascinante. (photo : Ralph Louzon / Texte : Mathieu Vabre)

Conception et chorégraphie : Karry Kamal Karry
Danseur : Yoshifumi Wako
Film / vidéo : Ralph Louzon
Scénographie et lumière : Karry Kamal Karry
Mixage spatialisation et Multi Diffusion : Nicolas Cante
Régie Lumière : Xavier Guille
Production : K3MK Compagny
Coproduction : Théâtre du Lierre, Paris - Festival Dance Box, Osaka

PAUSE

de 20h30 à 2h . Cour carrée

LYNN POOK ET JULIEN CLAUSS . DE/FR . OEUVRE SONORE ET SENSITIVE . 2005

Expérience tactile et sonore insolite, Pause est constituée de cinq hamacs reliés entre eux, où le corps du spectateur devient une structure résonante sculptée par des sons en évolution permanente. La diffusion du son combine le toucher et l’écoute via l’utilisation d’un réseau de 70 haut-parleurs vibrants, posés directement sur la peau à différents endroits du corps. Allongé et muni de bouchons d’oreilles, des sons électroniques émergent, le corps vibre, des vibrations effleurent les épaules, les hanches, les doigts, l’arrière des genoux, massent et titillent sens et oreilles. (Photo : Pause ©Lynn Pook & Julien Clauss / Texte : Mathieu Vabre)

Conception et création sonore : Lynn Pook et Julien Clauss
Production : association Dédale, ars numerica.
Ce projet a bénéficié du soutien du Ministère de la Culture français et d’Ars Numérica, de la HFG-Karlsruhe et du Kulturamt Karlsruhe

www.lynnpook.de

LS/SL . LOCUS SONUS IN SECOND LIFE

de 20h30 à 2h . Cour carrée

LOCUS SONUS . FR . 2008

Pour le festival Seconde Nature, le Laboratoire Locus Sonus crée une extension virtuelle de la Cité du Livre, à Aix en Provence, dans Second Life. L’idée est d’utiliser ce monde virtuel en réseau pour expérimenter des espaces acoustiques de synthèse et les échanges possibles entre le monde physique et le monde virtuel, avec l’audio comme vecteur principal. Les avatars invités à se rendre sur “l’Ile Cultures digitales” dans Second Life manipulent des objets sonores qui sont mis à leur disposition. Le résultat de leur action est spatialisé dans l’espace physique à Aix, tandis que l’ambiance sonore du lieu est renvoyée en stream dans l’espace virtuel. (Photo : Locus Sonus)
http://nujus.net/ locussonus

Partenaires : SAIC (The School of the Art Institute of Chicago) / Robb Drinkwater, Ben Chang, Brett Ian Balogh, GMEM (Groupe de Musique Expérimentale de Marseille) / Charles Bascou, ENSAN (Ecole Nationale Supérieure d’Art de Nice – La Villa Arson) / Jean Louis Paquelin, Stéphane Cousot , Creacast / Gilles Misslin, Qwartz , Magazine MCD, DICREAM (Ministère de la Culture et de la Communication).

Locus Sonus Lab 2008 : Julien Clauss, Alejo Duque, Scott Fitzgerald, Jérôme Joy, Anne Roquigny, Peter Sinclair.
Ile Cultures Digitales : http://slurl.com/secondlife/Cultures%20Digitales/90/193/28/

AKOUSMAFLORE

de 20h30 à 2h . Cour carrée

SCENOCOSME : GREGORY LASERRE ET ANAIS MET DEN ANXCT . FR

Scenocosme crée des instants de rencontres, d’échanges et immerge les spectateurs dans des espaces propices à la rêverie par des expériences sensibles du corps. Akousmaflore est un petit jardin, composé de véritables plantes musicales réactives à nos gestes et frôlements. Chaque plante s’éveille au moindre contact chaud et humain par un langage sonore qui lui est propre. Ce langage végétal fonctionne ainsi par le toucher. Notre aura chaude et électrique, invisible à l’oeil nu agit ici sur les ramures végétales en offrant l’expérience d’un environnement réactif à son existence. Ainsi, lorsque les spectateurs les caressent ou les effleurent celles-ci se mettent à chanter. Devenues instruments de musique sensibles, elles offrent ainsi la possibilité de composer une orchestration florale. (Photo : Akousmaflore ©Scenocosme / Texte : Mathieu Vabre)

http://www.scenocosme.com

5ÈME SAISON

de 20h30 à 2h . Cour carrée

ARTS TERRES . FR . 2006/2007

Arts-Terres initie en 2006 un projet de création trans-sensorielle, tentant ainsi d’explorer de nouvelles formes de perceptions croisées (visuelle, vibratoire, tactile,..). Le collectif d’artistes mis à contribution affiche ainsi sa volonté de jouer sur la notion d’équilibre précaire, de sollicitations corporelles privilégiant une expérimentation sensorielle directe et accessible à tous. La partie centrale de l’installation consiste en un plateau flottant sur de l’eau et équipé de capteurs de position. Les changements d’inclinaison du plateau, causés par la présence d’un visiteur, sont ainsi interprétés par un logiciel qui traduit en lumière et en vibration (plateau vibrant, infra-basses et projections de lumières sur les parois intérieures de l’installation).

« Avec Peter Sinclair (Plasticien sonore, performer), Olivier Zol (Compositeur, performer), Cyrille C. de Laleu (Artiste multimédia) et Laure Arnal (Plasticienne, artiste multimédia) »

www.arts-terres.org

PERPETUAL ART MACHINE

de 20h30 à 6h . Square Guindon

PAM . US . INSTALLATION . 2006

[PAM] Perpetual Art Machine a été fondé à New York en janvier 2006 par les artistes Chris Borkowski, M. Aaron Miller, Raphaele Shirley and Lee Wells en collaboration avec SCOPE. Depuis sa première installation à la foire d’art contemporain de New York en mars 2006, le [PAM] s’est développé par l’intermédiaire de son site Web pour une communauté libre de plus de 900 artistes provenant de plus de 50 pays et regroupant plus de 1000 oeuvres d’art vidéo en ligne.

Développé sous la forme d’installation vidéo itinérante, Perpetual Art Machine propose une collection de travaux d’artistes émergents parmi les plus excitants que le public peut sélectionner dans la base de données. (Photo : ©Perpetual Art Machine / Texte : Mathieu Vabre)

www.perpetualartmachine.com

SPECIAL ISSUE #2 ARCHI & DESIGN

de 20h30 à 2h .

SÉLECTION VIDÉO LE CUBE + TALENTS

Cette sélection propose de découvrir des oeuvres qui ont pour dénominateur commun la ville, l’urbanisme et le design. Le choix des oeuvres repose avant tout sur une approche curieuse, combinant les interventions numériques (mix vidéo/photo, animation 2D, 3D, etc.) et privilégiant comme souvent au Cube la relation entre le son et l’image. Au final ici, la poésie d’un moment, qu’il soit sombre ou rempli d’espoir, interroge sur le rapport de l’homme avec son environnement. (Photo : Nimrod ©Romain Kronenberg)

Sélection par Carine le Malet, programmatrice au Cube

www.lesiteducube.com